• Une Eurydice de province ...
    Ses hommes étaient pour la plupart de petite taille, torturés tant par leurs échecs que par leurs épouses ; privés de reconnaissance et d'estime, ils avaient des problèmes d'impuissance. Et toujours plus jeunes qu'Eurydice. Ils pleuraient, serrés contre sa poitrine maternelle, dormaient enfouis en elle comme des poissons au fond d'un fleuve limoneux et désiraient qu'on les console. Et Eurydice les consolait. Elle soutenait leur conscience virile en les convaincant que leurs troubles étaient seulement psychosomatiques. Avec une inspiration d'artiste, une passion innée et une technique raffinée elle les aidait à les surmonter. Une fois psychiquement et physiquement rétablis ils quittaient Eurydice. Continuez la lecture d'Une Eurydice de province d'Andra Neiburga.
  • La maison d'un autre ...
    Le corps d'Andrejs a laissé une trace longue et large sur la pelouse. Olivia le tire par les pieds. La tête se cogne contre les taupinières mais elle ne peut pas le porter. Toute en sueur Olivia pousse bouscule tire enfonce plie et tasse Andrejs dans la voiture. Peut-être qu'il fallait l'enterrer ici ? A côté des phlox devant le grenier ? Ou sous le saule près du petit étang embroussaillé ? Dans ce cas elle pourrait rester ici toute sa vie. Cultiver les bords de l'étang, prendre soin de l'âme du défunt. On va mettre Olivia en prison. Sans aucun doute. A vie. Ou aux travaux forcés. Elle l'a étranglé d'amour. Peut-être que je l'ai étranglé pour de bon ? Continuez la lecture de La maison d'un autre de Gundega Repse.
  • Une orange ...
    En apparence, sa vie a l'air simple. Se lever, préparer le petit déjeuner, accompagner son mari au travail, les enfants à l'école, aller au travail, prendre un déjeuner à pas cher dans un self, une cigarette, un café au balzams, rentrer à la maison, faire la chasse aux provisions, prendre les enfants à la garderie, attendre son mari, préparer le souper, regarder la télé, des rapports sexuels en silence pour ne pas réveiller les enfants. Le samedi, le dimanche à la campagne chez une grand-mère ou chez l'autre. Retour avec du lard, des bocaux, des pirags pour tenir la semaine. Le manque d'argent permanent. Ces derniers temps, l'impression que son mari a d'autres centres d'intérêt. Continuez la lecture d'Une orange de Nora Ikstena.


© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL